Lettre ouverte à ta soeur, connard !

C’est bien évidemment lui faire trop d’honneur que de lui faire une lettre, mais c’est trop gros pour qu’on laisse passer cela. Et puis, bon, c’est comme pour sa lettre : mon destinataire ne lira pas cette lettre, alors je peux raconter ce que je veux.

Cher con,

Je pense à toi en ce jour de tirage au sort de la coupe Davis.
Voilà près de 50 ans que tu es né, et tu n’as toujours rien fait de ta vie. A part des conneries, dire des conneries, faire des conneries et raconter des conneries (oups, je l’ai déjà dit ca).

50 ans et 2 mois pour être exact. Et tu n’as jamais rien gagné. A part des surnoms à la con, de ta plus tendre enfance (« tête de con ») jusqu’à maintenant (« tête de con », on ne change pas une équipe qui gagne).

C’est en découvrant un lien entre un procès en 2008 et une leucémie apparue 10 ans plus tôt que tu obtiens le prix nobel de médecine des débiles mentaux, ton seul fait d’arme à ce jour, bravo, respect ! Tu devrais écrire un livre pour financer tes soins.

C’est même ainsi que tu décrochas ton job de péteur de couilles, de suceur de boules, de lêche cul professionel. Tu parles de passion, mais en fait tu ne sais rien faire, et en plus tu le fais mal. Que fais-tu dans cette galère ? Il me semble que tu ferais mieux de dire « Mesdames, messieurs, vous êtes très gentils. Je vous aime beaucoup. Mais adieu ! Fini pour moi. » Cela soulagerait tout le monde. Tes proches y compris.

J’imagine que tu penses à ça quand tu te couches le soir. En tout cas tu devrais.

Parce qu’au delà du foot c’est d’abord, me semble-t-il, un problème de niveau intellectuel.

Tu es devenu ingérable, invendable, infréquentable. Les gens n’y sont pour rien. Tes proches n’y peuvent pas grand-chose. Les supporteurs sont pris en otages mais je ne vois pas d’autre solution pour toi que de quitter le navire.

Cher con, je trouve que tu n’as pas assez de courage encore. Casse-toi, et ne reviens pas.

Sincérement,

Ta gueule !

PS : Quand on te lira cette lettre, tu vas la prendre comme une justification de ta propre lettre, ca va te donner de l’eau à ton moulin de conneries, c’est même pourquoi j’ai hésité à l’écrire. Mais l’envie était plus forte que tout, désolé.